FABRICE NICOLINO BALBUCAMÉ…

Le journaliste écolo radical, co-animateur du mouvement « Nous voulons des coquelicots », a publié dans Charlie Hebdo ce billet aimable où l’on voit que le méchant polémiqueur est tombé sous le charme du site préféré des Balbuzards pêcheurs !

9 réflexions au sujet de « FABRICE NICOLINO BALBUCAMÉ… »

    1. Le sujet du baguage est un de ceux qui a été le plus évoqué depuis le début du Forum en 2017. Nous ne sommes pas du tout défavorables « par principe » aux baguages d’oiseaux lorsqu’ils sont utiles à l’espèce, notamment par le biais de sa connaissance. Mais nous y sommes défavorables pour le moment car nous condamnons les pratiques concernant les Balbuzards pêcheurs en forêt d’Orléans et plus généralement en France continentale. Ces rapaces sont bagués depuis 1995 de manière très controversée, surtout concernant la durée des interventions qui se font au sol après capture des oisillons. Pour un faible résultat au regard des dépenses consenties, puisque nous sommes au XXIème siècle avec Télémétrie, GPS et Argos. Aussi, aucun des poussins nés sur l’aire de Mardié n’est bagué.

  1. Merci Fabrice Nicolino pour votre partage. Grace à votre article dans Charlie je peux profiter et partager le site Balbu Cam.
    Coqueliement vôtre.
    Merci bien sûre à Balbu Cam pour ce partage. Je vais tenter de mettre le site sur mon ordinateur de classe pour mes CP ( mais bon on le sait à l’Ecole Publique internet marche de temps en temp)

    1. L’arbre-support de cette aire est effectivement protégée des Martres, prédateurs possibles des œufs ou des petits Balbuzards, par une ceinture d’aluminium.

  2. C’est vraiment bien, je ne m’en lasse pas. Merci encore, mais sachez tout de même que je n’ai jamais été écolo de ma vie. Ce simple mot, à mes yeux si gnangnan, renvoie à des images qui me font rire le plus souvent, et pleurer quelquefois. Bien que ne trouvant pas de mot adapté, je me considère comme un simple combattant de la vie. Pas vous ?

    Vive le balbu !

    Fabrice

    1. Ecolonilo, Coquelino ? Il faut bien une étiquette pour situer les personnes dans leur extrême diversité, pour ceux qui ne les connaissent pas. Et journaliste, quand on subit certains valets des pouvoirs dans la PQR, ça peut faire rire ou pleurer aussi bien qu’écolo, car beaucoup sont effectivement des « combattants de la vie »…
      L’aventure naturelle des Balbuzards, vue en direct, est extraordinaire,instructive, émouvante… Elle participe à notre objectif de sensibilisation à l’environnement, et ce « projet commando » associatif a été réalisé en 15 mois avec un financement de 7000€ seulement d’argent non public, plus des chantiers participatifs.
      Mais notre combat principal mériterait aussi que les journalistes « nationaux » s’en saisissent : un projet de déviation routière avec un pont de 600m franchissant la Loire à un emplacement extraordinaire du point de vue du paysage, de la biodiversité mais très fragile en raison d’un substratum karstique. Plus de 100 000 000 € d’argent public. GPII absurde, datant de 1996, inutile et gravement destructeur de milieux naturels ou agricoles (Déjà 10 ha d’EBC déforestés). Et scandaleux : un rapport caché du BRGM que nous avons récemment dévoilé annonce : « Sur la durée de vie supposée de l’ouvrage, la survenue d’un effondrement d’origine karstique sur l’emprise du projet est possible, voire probable, en particulier en cas de crue de la Loire. Un tel événement remettrait en cause non seulement la sécurité des biens et des personnes, mais aussi l’usage de l’infrastructure prévue. »
      Hélas, nous sommes des combattants contre l’absurde et pour la vie, mais sans doute trop près de Paris… Le Loiret est moyenâgeux, sa seule personnalité est Jeanne d’Arc, ça n’intéresse pas les grands médias nationaux…
      ( Mobile : 06 08 70 67 37).
      Vive les Balbus !
      Jean-Marie

  3. Merci à mon Charlie pour cette découverte et vive les coquelicots, les pisseurs involontaires de glypho et les zadistes

  4. Merci de m’avoir fait connaître ce site dans Charlie. De Grenade sur Garonne où nous voulons aussi des coquelicots

Les commentaires sont fermés.