Tous les articles par Jean-Marie

Les œufs de Pâques ?

Les oeufs de Pâques

 

L’aire du Grand Bois a vu tranquillement le retour de la reine de l’aventure, puis celui de son jeune compagnon : alors que nous venions de mettre en ligne le « En direct » de la BalbuCam, et que nous y assistions à une tentative de « squatt » d’une tierce femelle contestée par au moins deux autres, Sylva a fait son apparition le 15 mars à 13 heures. Quelques minutes après, celle qui s’y était invitée avait abandonné l’aire. Et une demi-heure après, Sylva devait faire face à une ultime et spectaculaire provocation avant de reprendre la haute main sur l’installation.

Reda a suivi deux jours après, le 17 mars. A peine arrivé, il a prouvé que son ardeur était intacte en tentant trois accouplements dans les minutes qui suivaient !

C’est la première fois en six ans que Sylva arrive si tôt. L’an dernier, c’était le 21 mars, mais trois fois elle n’était revenue qu’en avril, et même jusqu’au 19 de ce mois-là !

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
 

Toutes les actions rituelles concourant à la préparation de la reproduction ont aussitôt été observées : apport de poisson par le mâle ; rechargement du nid, d’abord pour reconstituer et renforcer les rives avec des branches mortes ; puis garnissage de la coupe avec des mottes d’herbes sèches.
De temps en temps, entre deux séquences de travaux, Reda, assez sûr de lui, a « remis ça » en se posant sur le dos de sa compagne, parfois avec une réussite apparente, parfois de façon plutôt dilettante.
.
..

Tout est prêt pour ce que des milliers d’observateurs attendent : la ponte du premier oeuf, qui compte-tenu de la date d’arrivée du géniteur, pourrait très bien se situer … le dimanche ou le lundi de Pâques !

.

.

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
.

La triste météo qui nous a promené entre pluie et froid dans un ciel trop souvent gris et nuageux n’a pas permis de réaliser « hors-champ » des photos ou des digiscopies exceptionnelles des Balbuzards en ballade.

La Loire, encore haute et turbide, doit décourager les pêcheurs : on ne voit que peu de maraudes de ce côté là : il va falloir patienter, et attendre que les poussins attendus soient assez grands pour commencer à consommer de sérieuses quantités de poisson pour que les passages de Reda deviennent réguliers…

 .
 
.

En attendant, Sylva ne boude pas le perchoir.

Jusqu’ici, quand elle y était, on ne la devinait que grâce à son ombre. Grâce à l’élargissement du champ de la caméra, on voit sa queue lorsqu’elle y est présente : un gros progrès

Les oeufs de Pâques

Déjà du rififi sur l’aire BalbuCam !

L’aire du Grand Bois à Mardié est  prête.
Prête à accueillir les acteurs de l’aventure BalbuCam, saison 3 : la fidèle Sylva et son jeune compagnon Reda devraient s’y retrouver d’ici une quinzaine ou une vingtaine de jours.  Soyons tous là pour guetter leurs arrivées et leurs premières effusions…

L’ouverture du « En direct » est prévue aux alentours du 15 mars !
Bienvenue d’avance à ces deux remarquables Balbuzards pêcheurs dont nous devrions suivre avec passion et bonheur une nouvelle saison de reproduction. Bienvenue à nos fidèles « BalbuCamés », et bienvenue à tous les nouveaux « visiteurs uniques »/spectateurs », futurs « BalbuFans ». La parole aux observateurs/commentateurs dans le nouveau forum 2018  consacré à l’aire BalbuCam et au suivi de la fantastique saga qui s’y déroulera.

Depuis le départ en migration des cinq héros de la saison 2, l’équipe BalbuCam s’est activée pour vous apporter les améliorations promises. Nous avons choisi et commandé la nouvelle caméra, vous allez voir la différence. Jérôme a sélectionné un micro externe très performant et Jean-Marie lui a construit un abri « sur mesure ». Notre ingénieur/sorcier a adapté la chaîne de saisie et de transmission des données à ces nouveaux matériels. Il a également finalisé son système inédit de reconnaissance des oiseaux par leurs chants, qui valorise une nouvelle approche du milieu forestier.
Puis, in situ, nous avons complété et relancé le système ; Sylvain et Alban sont montés pour vérifier le nid, le dégager des repousses végétales ; pour démonter la caméra pionnière et remonter à sa place la nouvelle caméra. Ont suivi de délicates séquences de réglages, presque abouties.

C’est reparti pour six mois de suivi de la belle aventure naturelle.

Les premières observations dans les coulisses de la Saison 3… :

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– La Buse variable

Le 21 février, alors que nous venions d’entrer dans la phase de réglages après changement de caméra, le nid a reçu la visite de cette Buse variable qui s’est posée à deux reprises en s’exprimant bruyamment. Une première visite assez brève ; la seconde beaucoup plus longue, 2′ 30″, avec beaucoup d’agitation et de postures ailes déployées et cris agressifs vis à vis d’un tiers. En fait une seconde Buse postée non loin, qui finit par s’envoler dans le champ de la caméra avant de disparaître, suivie par la protestataire.
Parade de séduction ou protection d’un territoire ? Un de nos « experts » penche pour la seconde hypothèse, même si le rapace ne manifestait aucun intérêt à s’approprier le nid lui-même.

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

.

– La neige

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

Le 27 février à midi débute une chute de neige à gros flocons. Elle commence à blanchir le nid et les sols, mais ne dure pas.

– … Et le Rouge gorge

Avant l’arrêt de la caméra, un petit Rouge gorge vient se promener sur l’aire.

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– Encore la neige…

Le 28 février la neige tombe à nouveau avec des températures très basses. Le mois de mars s’ouvre sur le nid couvert d’un manteau de plusieurs centimètres, sur lequel un petit animal a déjà laissé des traces…

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– La Mésange bleue

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

Familière déjà l’an dernier, et souvent reconnue par son chant, elle inspecte le nid le 3 mars à 11h.

– Le premier Balbuzard pêcheur

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

Il se pose le 3 mars à 11h 26 sur le bord du nid, mais repart instantanément.
il s’agit de la femelle baguée rouge-orange 02.point, déjà vue sur l’aire l’an dernier le 20 mars, avant l’arrivée de Sylva.

– Le deuxième Balbuzard pêcheur

Le mercredi 7 mars , ce sont deux Balbus qui sont sur l’aire vers 13 h.

D’abord 1B, un des intrus de l’an dernier, se pose seul pendant une minute.  En fait, il faut se souvenir que 1B serait une femelle  baguée en 1995, ce qui lui confèrerait l’âge de… 23 ans !

Puis trois minutes après 1B revient, et joue les propriétaires lorsque se pointe 20point, celle qu’on a vue le 2 mars, venue aussi se poser sur le nid. Cela dure encore environ une minute.

A 13h 38, même genre de scène : 1B posé, 02. fait trois passages menaçants… avant que 1B ne parte à sa poursuite.
Depuis cette confrontation, c’est 1B qui est venue « squatter » quotidiennement l’aire du Grand Bois.

Le 8 mars, à l’heure du déjeuner. Puis dans l’après-midi, c’est sans doute elle encore qui maraude au dessus de la Loire pour pêcher.

Le 9 mars, depuis 9h du matin, jusqu’à un dérangement environ 1h plus tard. On la voit alors commencer à remanier les bords du nid en transférant du bois d’un bord à l’autre.

Après avoir fait ce travail, 1B a quitté l’aire à 10 heures quand un bucheron a fait un passage bruyant avec son tracteur.

A 11h47, elle est réapparue pour un bref « stop and go ».  Mais son envol a été suivi d’un choc sur la plaque alu censée empêcher nos amis de se poser sur la webcam… Bruit intriguant déjà entendu à plusieurs reprises précédemment.

Un doute surgit : il faut courir au pont d’observation  pour vérifier notre intuition  :Une première ! 1B fait preuve de beaucoup d’initiative et de fantaisie en trouvant le moyen de s’accrocher sur la pièce prévue pour l’en empêcher !

L’an dernier,  1B avait amorcé une semblable incrustation sur l’aire . Mais elle s’était fait chasser par Sylva dès son arrivée. Même motif, même punition : le retour de la femelle titulaire risque d’être chaud. Sauf si Reda arrive le premier et s’en charge !

 

Voilà…
Si l’on ajoute tous les oiseaux qui sont reconnus désormais par leurs chants et leurs appels dans l’environnement de la BalbuCam, on comprend qu’il se passe déjà de jolies choses sur l’aire du Grand Bois… Bientôt accessibles à vous tous par l’image du « En direct » de la BalbuCam !

 

 

2017, toute la saison 2 de reproduction !

15 septembre – 20 heures : comme en 2016, le « En direct »  s’éteint sur l’aire que nous avons observée jour après jour  pendant six mois, mais qui est maintenant désertée par Sylva, Reda et leurs trois jeunes Leny, Jéry et Kali.

 

.
Maintenant, à la demande supposée générale, nous allons récapituler les grandes étapes de cette saison 2, la reproduction de  2017 :

 

Arrivée de Sylva : 21 mars

 

Titom ne revenant pas, « Invitation » de Reda le 29 mars

..

.

                        1è ponte : 13 avril                                                               2è ponte : 16 avril                                                              3è ponte : 19 avril

.                 1è éclosion : 21 mai, Leny                                                   2è éclosion : 23 mai , Jéry                                               3è éclosion : 25 mai, Kali


Croissance au 23 juin

.

Croissance au 5 juillet
.

.
.


Envol de Leny  : 12 juillet…

.


Envol de Kali : 15 juillet…
.

.
Envol de Jéry : 16 juillet.

Ces envols marquent le début de la période de dispersion de la famille, avec quelques dates-clés :

Dernière vue des trois jeunes ensemble sur le nid le 17 août

.
Lény vue la dernière fois avec Reda et un intrus le 22 août

.

Dernière vue de Sylva sur le nid avec Reda le
25 août

 

Dernier passage de Reda seul
sur le nid  le
6 septembre

Si les protagonistes de cette aventure s’effacent ainsi de la scène que constitue l’aire de reproduction, ils n’ont pas forcément quitté les lieux proches ou les environs. Deux d’entre eux, notamment, restent visibles « hors-champ » en septembre.

Le mâle Reda semble être là pour « monter la garde » familiale, et est observé de façon récurrente en haut du grand Epicéa, lieu privilégié d’observation très proche du nid. On l’y verra jusqu’au 15 septembre.

Mais il y a aussi le « cas » Leny. La femelle, aînée des jeunes, a fait preuve pendant sa croissance d’une sorte de boulimie alimentaire, liée à une présence quasi-permanente sur l’aire en attente d’un nouvel apport de poisson à s’approprier. Elle semble avoir omis les apprentissages auxquels ses deux frères se sont adonnés, et ne pas avoir son autonomie alimentaire à l’heure où elle devrait partir seule en migration.
En tout état de cause, c’est elle qui vraisemblablement est photographiée en séquence de pêche devant le Mont le 23 septembre !.

.

Reda en haut de l’Epicéa le
15 septembre

 

Lény plonge
encore ici le
23 septembre

 

 

Ainsi se termine le cycle de reproduction 2017. Ses débuts ont pu inquiéter : rivalités d’intrus avant l’arrivée des « titulaires » du nid ; non-retour de Titom ; remplacement par un mâle de trois ans, Reda, qui aurait pu manifester une certaine immaturité sexuelle, mais qui s’est révélé comme un parfait géniteur.
Alors tout le cycle de reproduction qui s’en est suivi a été  marqué par un déroulement parfait, les trois jeunes à l’envol concrétisant une belle réussite du nouveau couple.

Après ces envols, un constant suivi  photographique du « hors-champ » a permis aux passionnés de compléter, puis de prolonger leurs observations de la Saison 2 : c’est une des possibilités, tout à fait exceptionnelles, que le site BalbuCam a le plaisir de vous offrir !

 

A bientôt : rendez vous vers le 15 mars devant le direct de la Saison 3 !

 

La Loire d’ici, une beauté vue du ciel

UNE COURTE VIDÉO SUR LA LOIRE, A NE PAS MANQUER !

Ce dernier week-end, une petite équipe  de nos sympathisants a réalisé à Mardié, sur le site menacé, une courte vidéo.

Elle présente des vues d’ensemble de la Loire à la croisée du territoire des Balbuzards dont  BalbuCam vous a parlé depuis deux ans… Mais qui est aussi l’emplacement du projet routier qui nous menace et que nous refusons. Beaucoup de ces images ont été prises par un drone dans de très bonnes conditions. Elles sont accompagnées de commentaires évoquant les impacts désastreux prévisibles que provoqueraient la construction de la déviation et du pont. Et de quelques photos animalières prises sur place, extraites de notre blog Loire & biodiversité.
Les images « vues du ciel » sont superbes, très limpides, lisibles et démonstratives, la météo et les couleurs de l’automne aidant. Le présentateur « passe bien », il est aussi convaincant que convaincu. Le montage de séquences variées (dont les quelques magnifiques photos animalières évite toute longueur.

Ne manquez pas d’y consacrer moins de trois minutes !

 

En attendant, restez ici avec nous !

Ça y est, le « En direct » s’est arrêté le 15 septembre au soir.

Les départs en migration ont raréfié progressivement  la fréquentation de l’aire. Elle n’était plus visitée que par quelques passereaux : Mésanges, Rouge gorge, Sittelle torchepot… Seul le mâle Reda a joué les prolongations, mais en privilégiant le grand Épicéa, où il n’était vu que  grâce à des photos « hors-champ ». La dernière fois hier après-midi, mais très furtivement.  Et s’il n’est pas encore parti, cela ne saurait tarder.

Le Forum , du coup, manque de matière. Mais il restera ouvert, et dans cette période d’attente, pourra s’écarter un peu de sa vocation : celle de parler de la reproduction des Balbuzards, pour s’élargir à d’autres observations naturalistes.

Nous continuerons aussi , comme l’an dernier, à mettre en ligne des articles concernant l’éthologie du Balbuzard pêcheur ; à vous informer sur les préparatifs de la Saison 3 ; mais aussi à vous informer sur les menaces que nous combattons activement, et sur l’aide que vous pouvez nous apporter à ce sujet.

En attendant le début de la Saison 3, restez donc ici avec nous !

Ou encore continuez à nous accompagner en vous reportant chaque semaine sur notre blog naturaliste Loire & biodiversité. Il vous fera partager toute la riche biodiversité du territoire ligérien et de son « hinterland » où évoluent les Balbuzards pendant la saison de reproduction : plus de 150 espèces d’oiseaux sauvages, plus de 30 espèces d’odonates etc.

Ainsi, hier, nous avons mis en ligne un article tout à fait exceptionnel : plus de 80 photos illustrant le récit du séjour d’une superbe Cigogne noire qui a passé ici sur la Loire plus de 24 heures, en station comme en vol.

Vous serez surpris et éblouis par tout ce que l’on peut observer et découvrir ici même, comme « près de chez vous » et sans avoir à partir au bout du monde. Vous aimerez la nature « de proximité », et vous aurez envie de la défendre face à des logiques de « modernisation » ringardes et destructrices.

.
.
Enfin, concernant notre récent  APPEL AUX DONS « CONTENTIEUX » : encore un effort S.V.P. !

– Merci à tous ceux qui ont déjà répondu à notre appel dès les premiers jours : leurs contributions nous seront précieuses, comme leur solidarité.

– Mais les dons se raréfient, et nous craignons de ne pas dépasser la moitié de la somme dont nous avons besoin !

– Alors nous nous adressons à ceux qui ont oublié, qui ont retardé… et à ceux qui ont pu penser que leur participation à nos actions n’était pas essentielle à leur réussite : si, si, elle l’est !

Le CD45 joue contre l’avenir de la Loire et du Loiret avec nos impôts. L’aide financière que vous pouvez nous apporter est comme un impôt complémentaire qu’il nous impose, mais qui vise au contraire à permettre de préserver la qualité de cet avenir !

– Encore 100 personnes donnant 60 € (= 20 € !) et c’est bon : soyez fiers d’en être !